Le désir aux impasses

Par Poupée Rose.

Accessoirement, Poupée Rose est la gagnante du concours des plus belles fesses de Vends-ta-Culotte. Où l’on découvre qu’elle sait aussi manier la plume… J’ai demandé à Poupée Rose ce qu’elle pense de Vends-ta-Culotte, et voici sa réponse…

Poupée Rose Vends ta Culotte

Et maintenant, le texte…

Après une soirée à discuter avec un homme sur le site, un petit peu mal poli à mon goût… à désigner et à comparer le site, pour lequel il devait beaucoup de respect vu le temps qu’il passait dessus en compagnie de belles créatures envoutantes, à une télévision, à allumer lorsque l’on s’ennuie et à éteindre lorsque qu’aucune filles n’était à « point »…

Je trouvais cela injuste et surtout inintéressant d’un point de vue d’une jeune fille qui se trouvait sur le site pour ne pas qu’être une distraction….

Puis me vint une idée, je devais décrire comment, à mes yeux, ce site était beau malgré ceux qui, comme cet impoli, le rendais si mauvais parfois…

Pour moi, j’imaginais cet endroit tel une petite ville… comme un labyrinthe. Derrière chaque passage, chaque ruelle se cache une porte…

Parfois cette porte est rose avec une poignée de diamant… parfois même noire… capitonnée. Si on tourne la poignée, on y découvre un monde où le cuir est d’or et les mots tranchants comme des lames de rasoirs, sont d’argent. Ce lieu là n’est pas fait pour les saintes ni touches… Non, le caractère y est obligatoire pour celles qui le pratiquent.

Une fois sorti de cette porte de cuir froid et sombre, la vapeur se dissipe peu à peu pour y rencontrer une des nombreuses portes, si belle, si pure, où la dentelle y est reine, où les frous-frous à la Marie Antoinette viennent orner le bois de la porte… Une lumière tamisée l’entoure. Si on écoute bien, on peut y entendre le rire de jeunes femmes, de la musique festive… un piano peut être ? A l’intérieur, le rouge à lèvres est affriolant et le parfum en buée contre la peau pâle des beautés qui y rode, envoûtant tous les hommes fous de jarretières…

Chaque impasse image un fantasme, où plutôt une préférence…

Le côté cuir et sombre, bruissant de fouets inquiétants, est destiné au soumis… Les dominantes en cuir sont ici en maîtresses…

Il y a les venelles où les filles les plus naïvement coquines, se donnent à cœur joie de jouer les timides étudiantes pour le plus grand plaisir des hommes, professeurs nés pour punir ces demoiselles en tenues à carreaux…

Chaque ruelle est unique… à chacune sa fragrance, de guimauve ou d’odeurs si intimes… gorgée de plume pour certaines et de lacet pour d’autres…

Chaque individu y croise, y goutte le bonheur… ou au moins un brin de plaisir… à chacun de l’imaginer tel qu’il lui plait… certains l’aime chaud, comme le corps d’une femme irrésistible, un cœur chaud, entouré d’une guêpière, au chignon « années 40 », strict, comme la semelle de ses talons aiguilles. Une silhouette parfaite… une pin-up envoutante….

Mais certains aiment la chaleur autrement, ni corps, ni odeur, ni toucher… seulement la plume, les mots, les verbes… utilisés à bon escient, ils peuvent déclencher l’euphorie et le désir. Peut être pire que les actes en eux-mêmes, ils sont un des fruits défendu…

Alors, qu’importe vos fantasmes, vos envies, vos préférences… ici le plaisir est roi.

Poupée Rose

Mots-Clés: