L’objet du désir

Un joli poème signé de notre chère DDL :

Douce au toucher et au regard,
Fraîche de ses motifs printaniers,
Sensuelle dans ses courbes et broderies,
Comme une caresse au pelage d’un guépard ,
Une envie féline et un besoin de ronronner,
Alors on s’imagine au travers d’une rêverie,
Et lentement les paupières se ferment,
Puis un réchauffement du sang dans les veines
Un coeur qui bat plus vite en émoi ,
Un ventre qui bouge et s’impatiente
Une fleur éclose aux pétales épanouis,
Parfumée et mouillée de rosée du matin,
A la fois sucre vanille et acide abricot.
L’envie du contact de l’étoffe sur la peau,
Et dans un souffle libératoire et orgasmique
Le plaisir se confond alors, se libère,
Pour exalter, se mélanger, pour ne faire qu’un,
Et imprégner la moindre fibre de ce tissage,
Ultime instant de complicité du corps et de l’objet.
Et comme un trésor à protéger,
Délicatement elle sera ôtée,
Puis enveloppée pour tout garder:
De sa moiteur, de sa chaleur, de ce plaisir encore palpable.
Avant de partir au loin,
Elle est tant attendue et espérée,
De ces mains inconnues et fébriles,
D’une tension toute perceptible,
L’homme est là, impatient et gourmand,
Et pourtant plein de délicatesse,
Il va dénouer le fragile cadeau,
Déplier le papier de soie,
Pour enfin sentir la précieuse sous ses doigts,
Ainsi, petite culotte choisie,
Entre ses mains tu continues ta vie…